Votre enfant a t’il des problèmes de mémoire ?

Nous n’avons pas tous la même capacité de  mémorisation,  mais nous n’utilisons pas tous, non plus les mêmes méthodes.

Si nous ne sommes pas concentrés, la mémorisation se fait difficilement. Notre concentration n’est pas indéfinie, il faut savoir qu’elle est présente  au  maximum pendant 40 à 50 mn, il faut ensuite faire une pause, se lever, s’aérer, écouter de la musique ou autre chose de divertissant et s’y remettre…. Rien ne sert de s’abrutir, et  ceci est aussi applicable à l’enfant. Il en aura marre, il se découragera et prendra l’apprentissage pour quelque chose de désagréable, contraignant et sa déduction rapide l’amènera à conclure qu’il n’arrivera pas à apprendre, et donc inutile d’insister.

Comment trouver les moyens de dire au cerveau qu’une information lue, ou écrite, consultée, apprise est importante, qu’elle a de la valeur, de l’intérêt pour le long terme et qu’elle mérite d’être retenue ?

Une information à apprendre doit être reliée à quelque chose déjà appris. Le cerveau retient s’il peut faire des liens, un souvenir qu’il  possède déjà.

D’où l’importance de se poser la question « qu’est ce que j’ai déjà appris et  qu’est ce que je sais déjà sur ce sujet  » et de faire le complément d’information. C’est emmener le cerveau vers quelque chose qui est connu par des  mots ou des questions qui lui permettent de se souvenir de ce qu’il sait .

A quel moment ai-je appris cela ?

Quel exercice ai-je déjà fait qui ressemble à ça ?

La question ouverte (celle qui ne permet pas de répondre par oui ou non) va permettre au cerveau d’ouvrir une réflexion qui fournit des informations pour accéder à une réponse.

Ces questions encouragent  la récupération d’informations en mémoire avant d’apprendre autre chose. Les mémoires sont activées à plusieurs reprises, il est nécessaire d’entretenir les connexions entre les neurones.

Il faut savoir aussi que le cerveau retient mieux ce qui est  fort en émotions, d’où l’importance d’associer des apprentissages à un moment agréable et pourquoi pas, drôle et heureux. Par exemple si j’ai appris mes tables en m’amusant, je les retiendrais mieux, si elles sont associées à bon moment de rigolade plutôt qu’à « trop dur, je n’y arrive pas  »

Un détail à ne oublier pas :  le cerveau traite et structure l’information pendant la nuit.

Donc une bonne nuit est indispensable pour bien mémoriser.

Le temps des premières révisions !

Mi-octobre,  déjà plus d’un mois  que la rentrée scolaire est commencée.

Vous souvenez vous qu’il est souhaitable pour un scolaire ou étudiant  de réviser ses leçons, le lendemain, puis une semaine après, et encore un mois plus tard.  Nous y voilà, le  terme est arrivé, votre enfant a déjà un mois de cours derrière lui. Pensez à le faire relire ce qu’il a vu les premieres semaines. Le bénéfice de ce travail sera très visible, et surtout   s’il  y a un examen à la fin de l’année scolaire. Retrouvez l’article pour réviser  : http://comment-apprends-tu.com/index.php/2017/09/19/relire-lecons/

 

S’il n’a pas commencé à faire ses schémas  c’est à dire les cartes heuristiques , invitez le à se mettre à jour Vous pouvez voir la construction des cartes ici :    http://comment-apprends-tu.com/index.php/2017/10/05/a-utiliser-par-tous/

Il révisera, il synthétisera et pour ses prochaines  révisions  au lieu de relire trois à quatre pages, il aura un schéma. Le gain de temps et d’énergie  sera  évident.

Dans ses schémas, il peut se permettre de mettre des  » Pourquoi, Comment, « , il pourra s’interpeller et mieux mémoriser

Et pour ce qui s’apprend par coeur, les tables, les dates historiques, les formules de maths, de science les flash cards sont particulièrement efficaces. Voici une manière d’apprendre en jouant  : http://comment-apprends-tu.com/index.php/2017/10/11/plaisir-apprenant/

Si ces quatre éléments sont mis en place, les révisions de fin de mois sont très vite faites ! Voilà un mobile à  rappeler. Un peu de travail en amont  et hop  vite fait, bien fait, les révisions sont effectuées.

Si ce n’est pas le cas : profitez des vacances qui arrivent  pour l’inciter à les faire et ensuite, et  prenez le temps de jouer ?  Vous et votre enfant allez voir facilement si certaines matières ne sont pas comprises ou acquises mais  tout doit rester léger.

Révisions = rapidité

Révisions = facilité

PS : Si vous avez vos petits-enfants  pour ces vacances, s’ils ne  connaissent les cartes pour les multiplications et additions. Voilà un bon moyen de les occuper les jours de pluie : découpage, coloriage, peinture  pour fabriquer les cartes et un peu plus tard tout le monde joue et c’est bon pour tous , on joue avec sa mémoire. et Bonnes vacances  !

Du plaisir en apprenant !

Les apprentissages à connaître par coeur sont  souvent très difficiles pour les enfants et les adolescents. L’intérêt d’apprendre n’est pas toujours perçu; dites lui à quoi cela va lui servir,  s’il ne l’a pas compris à l’école, ou mieux encore, donnez lui un exemple réel de votre vie familiale ou professionnelle

Et maintenant mettez une dose de plaisir ! du dessin, du coloriage, du découpage pour les plus jeunes, laissez les artistes se dévoiler pour les plus grands !

En faisant les flash cards par lui-même, l’enfant se  souvient   mieux  et plus facilement. Tout est mémorisé  comme un jeu et non comme quelque chose d’ennuyant. Ecrire, toucher et manipuler  vont stimuler les canaux kinesthésiques et lui permettre d’apprendre en fonction de son style d’apprentissage.

Laissez lui la possibilité de mettre ce qu’il veut au dos des cartes : des images, des schémas, des photos, des graphiques. Cela  favorise sa mémorisation et pour votre enfant c’est son outil de travail

Les flash cards peuvent être établies pour toutes les matières :

– la question au recto et la réponse au verso ;

– une image et le mot désigné  pour le vocabulaire de langue étrangère

– une définition mathématique et sa formule

– un personnage historique et ses dates de  naissance et  de mort (mot ou image)

– un artiste et ses oeuvres d’art les plus célèbres (mot ou image)

  • – une  opération et son résultat (addition, multiplication)

Le format est  pratique, manipulable et transportable et il permet  des

révisions à plusieurs. Le jeu interfère dans l’apprentissage.