Donnez lui l’habitude de reformuler

Votre enfant a t’il bien compris ce que vous lui avez dit ou demandé ?

Vérifiez le avec lui en lui demandant de reformuler.

Donnez lui l’habitude de reformuler. Ceci lui permettra de savoir s’il a bien compris et s’ il a pris tous les éléments de l’information qui lui sont  donnés.

C’est quelque chose qui peut être fait à la maison et très utilisé à l’école.

C’est quoi  exactement  reformuler ?

C’est une pratique  de communication qui consiste à exprimer de nouveau mais autrement.

Reprendre tout ce qui a été dit avec d’autres mots et pour un enfant, le dire avec son vocabulaire  sans que rien ne soit ajouté, ni retranché, ni  jugé, ni interprété.

Pourquoi ?

La reformulation garantit une bonne écoute puisque les informations redites ne doivent pas subir aucune modification.

Quand l’utiliser ?

Quand une consigne est donnée pour effectuer un devoir ou une information à assimiler, en reformulant devant l’enseignant, l’éléve aura la certitude d’avoir  bien compris.

Les effets à voir :

L’éléve aura la certitude qu’il a bien compris.

Le fait de reformuler avec ses propres mots  renvoie au cerveau  des informations à retenir, d’où une facilitation de mémorisation.

Essayez avec votre enfant !

Votre enfant a t’il des problèmes de mémoire ?

Nous n’avons pas tous la même capacité de  mémorisation,  mais nous n’utilisons pas tous, non plus les mêmes méthodes.

Si nous ne sommes pas concentrés, la mémorisation se fait difficilement. Notre concentration n’est pas indéfinie, il faut savoir qu’elle est présente  au  maximum pendant 40 à 50 mn, il faut ensuite faire une pause, se lever, s’aérer, écouter de la musique ou autre chose de divertissant et s’y remettre…. Rien ne sert de s’abrutir, et  ceci est aussi applicable à l’enfant. Il en aura marre, il se découragera et prendra l’apprentissage pour quelque chose de désagréable, contraignant et sa déduction rapide l’amènera à conclure qu’il n’arrivera pas à apprendre, et donc inutile d’insister.

Comment trouver les moyens de dire au cerveau qu’une information lue, ou écrite, consultée, apprise est importante, qu’elle a de la valeur, de l’intérêt pour le long terme et qu’elle mérite d’être retenue ?

Une information à apprendre doit être reliée à quelque chose déjà appris. Le cerveau retient s’il peut faire des liens, un souvenir qu’il  possède déjà.

D’où l’importance de se poser la question « qu’est ce que j’ai déjà appris et  qu’est ce que je sais déjà sur ce sujet  » et de faire le complément d’information. C’est emmener le cerveau vers quelque chose qui est connu par des  mots ou des questions qui lui permettent de se souvenir de ce qu’il sait .

A quel moment ai-je appris cela ?

Quel exercice ai-je déjà fait qui ressemble à ça ?

La question ouverte (celle qui ne permet pas de répondre par oui ou non) va permettre au cerveau d’ouvrir une réflexion qui fournit des informations pour accéder à une réponse.

Ces questions encouragent  la récupération d’informations en mémoire avant d’apprendre autre chose. Les mémoires sont activées à plusieurs reprises, il est nécessaire d’entretenir les connexions entre les neurones.

Il faut savoir aussi que le cerveau retient mieux ce qui est  fort en émotions, d’où l’importance d’associer des apprentissages à un moment agréable et pourquoi pas, drôle et heureux. Par exemple si j’ai appris mes tables en m’amusant, je les retiendrais mieux, si elles sont associées à bon moment de rigolade plutôt qu’à « trop dur, je n’y arrive pas  »

Un détail à ne oublier pas :  le cerveau traite et structure l’information pendant la nuit.

Donc une bonne nuit est indispensable pour bien mémoriser.